Refus de prêter serment d’une candidate avocate

La Shoura regrette la manière dont le bâtonnier a demandé au dernier moment et devant les autres aspirants avocats à une future avocate de choisir entre retirer son voile ou de ne pas prêter serment. Les éléments en notre possession à ce stade tendent à indiquer que la future avocate avait toujours porté un voile sur ses cheveux pendant son stage, lors de la remise de son dossier et sur la photo d’identité jointe à ce dossier. La décision du bâtonnier semble être une décision de dernière minute dont la base légale et réglementaire ne nous paraît pas clairement établie. Nous invitons Me Prum à entrer en contact avec la future avocate pour, à tout le moins, s’excuser quant à la manière très peu courtoise dont il a agi avec cette dernière et, le cas échéant, trouver un accord pour sa prestation de serment.

Pour notre part, nous ne manquerons pas d’analyser le volet légal de cette affaire et ce non seulement à la lumière de la loi nationale, mais également au niveau des conventions internationales auxquelles le Luxembourg a adhéré.

La Shoura déplore vivement que certaines forces politiques cherchent à exploiter cette malheureuse affaire à la veille d’élections. Des situations de ce genre peuvent en tout cas porter atteinte à la liberté religieuse qui fait partie des libertés fondamentales garanties par les Droits de l’Homme. Il n’est malheureusement que trop tentant et facile de nos jours de s’en prendre aux musulmans et plus précisément ici aux musulmanes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *