Mesures de préventions au sein du culte musulman – Stand du 12.03.2020

Assalamou alaykoum chères soeurs, chers frères,

Comme précédemment indiqué dans notre communiqué concernant la propagation du « Corona virus » (COVID-19) en Europe et visant appeler les responsables de nos associations de faire preuve de responsabilité civile et d’initiative pour prendre des mesures préventives au niveau organisationnel et sanitaire, le Corona virus est un sujet que la population luxembourgeoise ne peut ignorer.

Suite à la propagation spectaculaire et inquiétante de COVID-19 dans nombreux pays, entre autres, européens, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que nous faisons face à une pandémie.

Suite aux instructions du Ministère de la Santé, du Gouvernement luxembourgeois et compte tenu des dernières mesures urgentes présentées par Monsieur le Premier Ministre Xavier Bettel, la Shoura a pris la décision d’inviter les associations membres de la Shoura à annuler la prière de Djoumoua du vendredi 13 mars 2020 ainsi que les prières de Djoumouas des semaines à venir et ce jusqu’à indication contraire de la part de la Shoura, étant donné que les rassemblements de plus de 100 personnes dans des lieux fermés sont d’ores et déjà expressément interdits.

Egalement, nous vous prions de bien vouloir annuler et suspendre tous les cours pour enfants et adultes dispensés dans vos associations (école Coranique etc), séminaires ou autres.

La santé et le bienêtre de nos fidèles ainsi que de nos cocitoyens doit être notre priorité.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez au présent communiqué et vous prions de bien vouloir suivre nos instructions.

Nous prions Allah de nous aider à surmonter la présente épreuve, de préserver le Luxembourg et sa population et le monde entier.

BarakAllahou fikum.

Journée de la Résistance

En ce 23 Février, le Luxembourg célèbre la Journée Nationale de la Résistance avec une commémoration centrale à la Croix de Hinzert, le Monument National de la Résistance.

Cette date commémore l’assassinat de 23 jeunes résistants luxembourgeois le 25 Février 1944 par le régime nazi. Ces jeunes étaient détenus au camp de concentration de Hinzert situé à seulement une trentaine de kilomètres de la frontière luxembourgeoise. En ce jour, nous rappelons et honorons l’engagement des résistants à travers leur sacrifice pour la patrie.

La Shoura remercie le Comité pour la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale pour son invitation généreuse et l’intégration à la cérémonie d’une prière musulmane effectuée par notre Chef de Culte Dr. Rabie Fares aux côtés des représentants des cultes catholique, protestant et israélite.

Nous souhaitons également exprimer nos remerciements au Président du Comité, Monsieur Guy Dockendorf ainsi qu’à Monsieur le Vice-Premier Ministre, Monsieur Dan Kersch, pour leurs discours émouvants, leurs rappels du souvenir des évènements tragiques de la deuxième guerre mondiale et l’appel à la solidarité face au retour en force des idées et des expressions de l’extrême-droite.

Un résumé des évènements incluant le dénombrement des résistants et déportés se trouve sur le site du Comité pour la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale : (LIEN EXTERN) Journée nationale de la résistance

Des photos de la commémoration du 23 février 2020 sont consultables p.ex. sur le site de RTL et sur wort.lu

Geborgen und unbehaust – Wie begegnen Religionen der Sehnsucht nach Heimat?

Chaque année la Luxembourg School of Religion & Society organise les journée de vie et de foi, invitant des intervenants de plusieurs cultes afin de présenter leur point de vue sur une thématique spécifique. En 2020, le sujet sera « À l’abri et sans demeure Comment les religions répondent-elles au désir d’avoir une patrie ? ».

« Le désir d’avoir une patrie existe depuis toujours chez l’homme et ce désir est d’autant plus vif lorsqu’il s’agit de la « question des migrations » européenne : des personnes parcourent des milliers de kilomètres en quête d’une patrie sur le continent européen. Nombreux sont les européens qui craignent d’ailleurs de « perdre » leur propre patrie à cause des réfugiés. À en croire le philosophe Alfred North White-head, l’humain est foncièrement un être sans patrie. Il est essentiellement seul et isolé. Selon lui, la religion constitue un moyen puissant de surpasser cette situation d’apatridie. C’est particulièrement visible auprès des migrants qui laissent à peu près tout derrière eux, et qui de ce fait, en terre inconnue, s’accrochent encore plus à leur religion. La conception selon laquelle la patrie est un lieu où tout un chacun se sent bien dans sapeau, chez soi dans un environnement familier et qui peut vivre en toute dignité fait émerger une question, compte tenu de ce qui vient d’être énoncé : dans quelle mesure les religions peuvent-elles répondre au besoin humain intemporel d’avoir une patrie ? Sur 5 soirées, des intervenants issus du judaïsme, du christianisme, de l’islam, du bouddhisme et du bahaïsme aborderont cette question et vous partageront leur point de vue. En clôture, le 6e soir, le philosophe Hubert Hausemer abordera de manière plus générale le potentiel des religions à capter les personnes dans leur quête de patrie. »

Pour la communauté musulmane, Dr. Rabie Fares participera avec sa conférence « L’exil : Une expérience existentielle et une quête spirituelle en Islam » le 10 février 2020.

Plus d’informations et un programme détaillé se trouvent sur le site de la LSRS: Lebens- und Glaubenstage 2020 – Journées de vie et de foi 2020