Missions & Buts

Missions

En 2003, plusieurs associations islamiques existaient dans en divers endroits du Grand-Duché et le besoin d’une instance commune se faisait sentir. D’un côté, la politique ainsi que les organes de la société civile et ceux des autres cultes ont souhaité avoir un interlocuteur unique afin de faciliter le dialogue avec la communauté musulmane ; de l’autre côté les musulmans du Luxembourg avaient besoin d’une voix commune pour mieux défendre leurs intérêts divers. Dès sa création, l’assemblée de la communauté musulmane du Grand-Duché de Luxembourg, nommée Shoura, assure ces deux fonctions principales. Composée de bénévoles et sans moyens adaptés, la Shoura a dû se limiter à la création d’une structure stable permettant la communication et les échanges entre les différentes associations islamiques du pays, la représentation de la communauté musulmane ainsi que la reconnaissance de l’islam comme religion pratiquée au Grand-Duché via l’obtention d’un conventionnement à l’exemple de plusieurs autres cultes (convention de reconnaissance de l’Église protestante réformée de 1982 ; conventions avec le culte catholique, l’Église protestante, l’Église orthodoxe hellénique et la communauté israélite de 1997/1998 ; conventions avec l’Église anglicane, les Églises serbe et roumaine de 2003). Néanmoins, la Shoura essayait son mieux pour trouver des solutions à d’autres questions urgentes, telle la création d’une possibilité pour chaque citoyen musulman de se faire enterrer au Grand-Duché selon les rites islamiques.

Après nombreuses années d’effort de la part de la Shoura et l’engagement continu tant des associations islamiques que d’innombrables personnes à titre privé, et grâce au soutien de nombreux membres des autres cultes et de personnes de la société civile, un conventionnement a pu être signé finalement en 2015 entre le gouvernement luxembourgeois et la communauté musulmane. Ce conventionnement a été ensuite appliqué par la loi du 23 juillet 2016 réglant le montant et les modalités d’octroi du soutien financier à la Communauté musulmane du Grand-Duché de Luxembourg, arrêtant les exemptions en matière d’acquisition d’immeubles affectés à l’exercice du culte musulman et conférant la personnalité juridique à l’Assemblée de la Communauté musulmane du Grand-Duché de Luxembourg. (Consultez les deux textes ici : Bases légales )

Suite au succès de ces échanges et décisions du gouvernement, le travail de la Shoura peut se concentrer sur d’autres dossiers et thématiques importants: le soutient financier annuelle attribué par l’État ouvre de nouvelles possibilités pour améliorer la qualité des infrastructures de la communauté musulmane, des services religieux et de l’échange entre les associations islamiques. Ainsi, une stabilité peut être garantie en vue de préparer les réponses à des défis à venir. Parallèlement, la Shoura continuera de défendre les intérêts de la communauté musulmane et de stimuler la participation des citoyens musulmans à la société civile.

Faits acquis

Grâce à treize années de travail de la Shoura et presque trente ans après la première demande, suivie de rencontres régulières avec les membres du gouvernement luxembourgeois, la signature du conventionnement de 2015 et sa légifération en 2016 constituent les grands acquis de la Shoura. Cela n’aurait pas été réalisable sans l’engagement de nombreuses personnes. À présent, l’islam est reconnu au Luxembourg, traité avec les mêmes égards que les autres cultes conventionnés. Le culte musulman peut donc partager son avis sur les dossiers traitant un thème religieux avec le gouvernement, tel que – par exemple – le programme du cours « Vie & Société » à travers le conseil des cultes conventionnés. Ceci donne à la communauté musulmane sa part au discours social et à la participation citoyenne.

La création et la structuration de la Shoura n’auraient pas pu voir le jour sans une organisation et une collaboration efficaces des associations islamiques. Nous pouvons être fiers de ces avancées au niveau crucial des relations positives et constructives entre les centres islamiques du pays et au niveau des échanges réguliers existant aujourd’hui. Sur cette base indispensable, plusieurs évènements communs ont pu être instaurés pour tisser des liens entre les différentes composantes de notre communauté. La Shoura essaye d’y participer en organisant par exemple des évènements comme « l’Aïd en famille » (annuellement depuis 2016) ou des activités sportives (tournoi de foot en 2019).

Par le passé, la Shoura n’a pu soutenir qu’un nombre limité de projets, tels que l’achat ou la construction de locaux de certaines associations ou des activités des scouts musulmans du Luxembourg « Arche de Noé ». La création de la Fondation Waqf Lëtzebuerg, la fondation du culte musulman, constitue un acquis de première importance pour améliorer la situation économique et donner davantage d’autonomie financière aux associations islamiques ainsi que du culte musulman en général. C’est en effet un des piliers principaux dans les efforts de la Shoura pour améliorer l’infrastructure et pour assurer l’autofinancement de la communauté musulmane. En même temps, c’est une aide pour soutenir davantage de projets, qu’ils proviennent des centres islamiques ou de personnes privées.

Buts

Forte de ses acquis et encouragée par cette reconnaissance, la Shoura continue son engagement et se fixe d’autres objectifs:

  • Respectant la règle selon laquelle les évènements principaux des associations affiliées, tel que le prêche du Vendredi -par exemple-, doivent être traduits dans au moins une des langues officielles du Luxembourg ou que chaque imam officiant doit maitriser d’au moins une langue officielle, la Shoura continuera de fixer des critères communs avec les associations islamiques afin d’assurer la bonne qualité de ses services.
  • De même, les efforts pour construire les structures indispensables à la communauté manquant encore à l’heure actuelle, telle une bibliothèque centrale ou des salles de formation, ne cesseront pas et vont être combinés avec les plans d’autofinancement et d’amélioration des infrastructures actuelles, en forte collaboration avec la fondation Waqf Lëtzebuerg et les associations islamiques.
  • À moyenne ou plus longue échéance, le mandat actuel de la Shoura sera élargi à l’éducation des jeunes et la formation pour adultes, dont des formations plus approfondies pour les imams et les responsables des associations.
  • Poursuivant de nombreuses années de travail, la recherche de solutions dans les dossiers concernant l’enterrement selon les rites islamiques au Luxembourg et l’accomplissement du Hajj et de l’Oumra via une structure siégeant au Grand-Duché continuera avec toujours autant de dynamisme et d’implication.